Cigarettes vs. e-cigarettes : comparons les bilans carbones !

0
678

Depuis plusieurs décennies, les militants pour la cause environnementale font pression sur les fabricants de cigarettes à tabac pour réduire la quantité des produits chimiques synthétiques utilisés dans la fabrication du papier, entre autres. Une fois n’est pas coutume, nous avons choisi de nous détourner du débat sur l’apport de la cigarette électronique dans le cadre du sevrage tabagique. Vous l’aurez compris, nous allons vous proposer un comparatif de l’impact écologique de la cigarette à tabac et de l’e-cigarette. Vous aurez alors une raison de plus pour arrêter de fumer, le cas échéant.

Le mégot de cigarette, un déchet problématique en France

Bien que la science ait percé certains mystères sur la nocivité de la cigarette électronique, ce dispositif nécessite encore des recherches approfondies pour appuyer son rôle dans la lutte contre le tabagisme, véritable problème de santé publique. Mais, que sait-on de l’impact sur l’environnement de la cigarette électronique ? Est-il comparable à celui du tabac ?

En dépit des interdictions du tabac dans les espaces publics un peu partout en Occident, les mégots de cigarettes laissées par les fumeurs ne disparaissent pas complètement. Nous les voyons sur les trottoirs, les routes et les parkings, parfois à quelques pas des poubelles. Certains automobilistes continuent également de jeter les mégots de leurs cigarettes usées par la fenêtre de leur véhicule.

Alors oui, la France n’est plus la cheminée de l’Europe, grâce notamment à l’augmentation continue du prix du paquet de cigarette, à l’émergence d’alternatives comme la cigarette électronique et à la recrudescence des campagnes de sensibilisation. Seulement voilà : le mégot de cigarette reste l’un des déchets les plus problématiques pour l’environnement.

Il faut dire qu’il peut prendre de 18 mois à 10 ans à se décomposer, en fonction de sa composition chimique. Pendant ce temps, le filtre de la cigarette se rempli de goudron, se gorge de nicotine et d’autres toxines qui s’infiltrent dans le sol, affectant tout organisme vivant dans les environs. Aussi, les mégots poussés par la pluie dans les égouts peuvent atteindre l’océan et tout autre cours d’eau, où ils libéreront des produits toxiques qui atteignent d’abord les poissons puis les oiseaux.

Cigarette électronique : pas de mégot, pas de filtre et pas d’usage unique

La cigarette électronique ne produit ni mégot, ni filtre. Elle permet donc déjà de réduire ce fardeau toxique pour la faune et la flore. Parce qu’elles sont réutilisables, les cigarettes électroniques sont potentiellement plus écologiques que les cigarettes à tabac, qui sont par définition à usage unique. Il s’agit également de dispositifs électroniques alimentés par des piles réutilisables ou, du moins, recyclables, ou encore rechargeables via port USB, ce qui est encore plus écologique. La vapeur produite par la cigarette électronique est également beaucoup moins nocive pour la qualité de l’air mais aussi pour les non-fumeurs. Nous nous garderons de nous prononcer sur les effets secondaires, car des études plus poussées sont encore nécessaires.

Il faut toutefois savoir que sur le papier, la cigarette électronique est beaucoup moins inquiétante que la cigarette à tabac, car elle ne contient ni goudron, ni monoxyde de carbone, des composants hautement toxiques et potentiellement cancérigènes. Il faut également noter que la cigarette électronique n’a de sens que si elle est envisagée comme une phase intermédiaire entre la cigarette à tabac et une vie sans nicotine. En effet, l’e-cigarette doit rester un moyen et non une fin. Elle vient appuyer les efforts des fumeurs pour assurer une transition douce, avec un apport en nicotine dégressif tout en arrêtant définitivement l’inhalation du goudron, du monoxyde de carbone et des autres substances toxiques qui résultent de la combustion du tabac.

L’utilisateur doit en revanche choisir ses sources d’approvisionnement avec soin, en recourant à des professionnels reconnus comme Vapoclope (voir ici www.vapoclope.fr/97-nos-kits-cigarette-electronique). Rappelons qu’en France, plus de 700 000 personnes ont arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique, selon les chiffres fournis par le Baromètre de Santé Publique France en 2017. En plus de l’intérêt écologique, l’apport de la cigarette électronique dans la lutte contre le tabagisme, qui est un problème de santé publique majeur en France, est indéniable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here