Comment optimiser l’utilisation d’un logiciel de contrôle parental ?

0
536
De nos jours, nombreux sont les parents qui trouvent du plaisir à acheter des smartphones ou des ordinateurs à leur progéniture. En effet, si l’initiative est noble, c’est l’usage que les enfants peuvent faire de ces gadgets qui interpelle. Ainsi, les logiciels de contrôle parental apparaissent comme des garde-fous afin de limiter ou plutôt de recadrer l’utilisation de ces outils. Néanmoins, aujourd’hui on se rend bien compte que le logiciel seul ne suffit pas et qu’il faut bien plus pour protéger les enfants. À cet effet, la principale préoccupation reste : comment optimiser l’utilisation d’un logiciel de contrôle parental ?

Qu’est-ce qu’un logiciel de contrôle parental ?

Connu sous divers noms comme le filtre parental ou le filtrage parental, le logiciel de contrôle parental est un système automatique qui permet aux parents de restreindre l’accès de certains contenus à leurs enfants. Plus ou moins efficace, ce contrôle peut être mis en place de façon graduelle jusqu’à l’âge de maturité de ces derniers. Mais, sur quoi installer un logiciel de contrôle parental ? De nombreux supports peuvent recevoir un logiciel de contrôle parental. Néanmoins, le smartphone, les tablettes, l’ordinateur, les consoles de jeu et dans une certaine mesure la télévision sont les supports sur lesquels les parents exercent un filtrage régulier.

Pourquoi opter pour un logiciel de contrôle parental ?

Comme souligné un peu plus haut, le logiciel de contrôle parental est un moyen pour les géniteurs de cadrer l’usage des outils numériques au niveau de leurs enfants. À cet effet, il convient de différencier les logiciels de contrôle parental et les logiciels espions qui eux ont un tout autre rôle. Ces derniers permettent de savoir ce que fait votre enfant ou votre ado avec son smartphone ou son ordinateur à tout moment sans toutefois lui limiter l’accès à certains contenus. Or, dans le cas du filtrage parental, il s’agit purement et simplement d’une restriction d’accès. Cela dit, de quoi protège-t-on réellement les enfants ? Le premier objectif d’un parent qui achète un smartphone ou un ordinateur à son enfant est de lui permettre d’avoir une bonne ouverture sur le monde. Seulement que ce monde n’est pas aussi sécurisé ! Ainsi, pour le parent, il s’agit de limiter l’accès de son enfant à :

  • des sites violents et xénophobes ;
  • des sites pornographiques ;
  • des sites de propagandes ou qui relaient des intox ;
  • etc.

Par ailleurs, il est important de rappeler que le filtrage parental peut prendre également en compte certains aspects très importants qu’on ignore le plus souvent. Il s’agit entre autres de la cybersécurité et du temps passé par les enfants en face d’un écran. 

L’ONU estime à plus de 750 000 le nombre de prédateurs cherchant à entrer en contact avec des enfants sur internet.

En outre, plus d’un enfant sur deux a été au moins une fois abordé sur la toile par des inconnus. À ces chiffres peu élogieux, il faudra compléter les risques de harcèlement dont peuvent être victimes les enfants de la part de ces inconnus, etc. Mais, au-delà de tous ces aspects, il y a aussi les nombreux risques d’hameçonnage et de réception de spams qui peuvent avoir des inconvénients sur les plus jeunes, mais aussi sur les adultes.

Tous les risques liés à internet préoccupent les parents, mais le plus inquiétant est la dépendance, surtout des ados, à l’écran. Scotchés aux réseaux sociaux ou à des jeux vidéo, les ados ne s’aperçoivent souvent pas du temps passé. Cela a d’importants effets secondaires, notamment sur leur rendement scolaire, mais aussi sur leur santé mentale et visuelle. De ce fait, les logiciels de contrôle parental permettent de limiter le temps d’utilisation d’internet, du téléphone, de l’ordinateur ou encore du Xbox.

Comment utiliser un logiciel de contrôle parental ?

Nombreux sont les parents qui ne se rendent pas compte qu’il existe des moyens d’effectuer gratuitement un contrôle parental… En France, il est obligatoire aux fournisseurs d’accès internet d’informer leurs abonnés de l’existence de telles mesures. Par contre, les logiciels payants eux sont très populaires (parce qu’on pense qu’ils sont plus efficaces et bénéficient par ailleurs d’une pub avec des versions premium parfois). À cet effet, pour les utiliser, il faudra les installer sur l’ordinateur ou le smartphone de votre enfant, puis définir les critères de restriction d’accès. Au nombre de trois, on a :

  • la liste de mots clés : cette liste bloque l’accès aux sites contenant ces mots dans les URL ou dans les pages du site ;
  • la liste noire : c’est une liste de sites interdits, généralement mise à jour à chaque connexion par le logiciel. Tous les sites mentionnés dans cette liste sont donc bloqués par le logiciel de contrôle ;
  • la liste blanche : cette liste prend en compte tous les sites enregistrés dans le logiciel. Ici, tout site non répertorié est bloqué automatiquement. La liste blanche est très appropriée pour les très jeunes enfants. Pour les ados, il faudrait être un peu plus relaxe et opter pour une liste de mots clés ou encore pour une liste noire.

Aussi, faut-il souligner que les logiciels de contrôle parental prennent également en compte :

  • la règlementation des horaires de connexion ;
  • la possibilité d’empêcher la saisie de certaines informations personnelles ;
  • le blocage de l’accès à certaines applications et à certains jeux en ligne ;
  • le contrôle des sites visités par votre enfant ;
  • etc.

Le contrôle parental par le biais des fournisseurs d’accès internet

On retrouve sur le net de nombreux logiciels de contrôle parental téléchargeables. Généralement, ces derniers sont payants et jouent tant bien que mal leur rôle. Mais, à côté d’eux, il faut également souligner que les fournisseurs d’accès internet proposent eux-mêmes des logiciels de contrôle gratuits. Ces derniers permettent le filtrage parental sur PC à partir de trois profils que sont : enfants, ados et adultes. Dans le cas des enfants, le logiciel dispose d’une liste blanche de sites sur lesquels l’enfant peut surfer sans aucun risque. Pour les ados, il s’agit d’une sorte de liste noire qui bloque l’accès à des sites dits inappropriés. Enfin, le profil adulte donne accès aux parents à tous les sites qu’ils désirent visiter. Néanmoins, en fonction du fournisseur d’accès internet, l’option filtrage parentale peut varier. À cet effet :

Sur AOL : le logiciel de contrôle parental qui est déjà préinstallé se situe dans la barre de navigation en haut de la page d’accueil :

Sur Free : en bas de la page d’accueil, cliquez sur « Protection de l’enfance ». Cela vous rédigera sur une page où vous pourriez télécharger le logiciel en cliquant sur « fichier d’installation » ;

Sur Orange : sur la page d’accueil, cliquez sur « télécharger la dernière version » ;

Sur SFR : cliquez « installer code parental » sur le site d’assistance de l’opérateur.

Il existe bien d’autres fournisseurs d’accès internet en France, à l’instar d’Alice, dont les activités ont été rachetées par le groupe Iliad ou encore Noos. Néanmoins, en parlant des fournisseurs d’accès internet, il est important que vous sachiez que ces derniers ne sont pas disponibles pour les Mac. Cela dit, si votre enfant possède ce type d’ordinateur, vous pourriez compter sur la fonctionnalité dédiée « contrôle parental » avec le navigateur Safari.

Comment exercer le contrôle parental sur le téléphone mobile ?

Comme sur les PC, le téléphone mobile peut lui aussi bénéficier d’un filtrage parental. Pour ce faire, vous avez le choix entre un logiciel que vous pourriez télécharger et installer après ou prendre contact avec le fournisseur d’accès internet. Ainsi, en France et comme certainement dans d’autres pays, les opérateurs de téléphonie mobile, à l’instar de Bouygues Télécom, Orange et SFR, proposent à leurs abonnés un service gratuit de contrôle parental. Orange par exemple offre en plus de son logiciel gratuit, une version premium de logiciel de contrôle à 3 euros le mois. Celle-ci permet de choisir qui l’enfant peut appeler, à qui il peut envoyer des SMS et quand (jours, heures) il doit le faire.

Par ailleurs, il convient de rappeler que sur les smartphones, les systèmes d’exploitation disposent de leur propre filtrage parental. Ainsi, il est possible d’assurer le contrôle parental sur un Android grâce à l’option « Contrôle parental » que vous pourriez retrouver dans « Paramètres » en cliquant sur « Menu » dans l’application Google Play store. C’est également le même principe pour iOS où vous pourriez trouver le filtrage parental en allant dans l’App Store.

Le filtrage parental sur iPhone ou iPad

Si vous achetez un iPhone ou un iPad à votre enfant, à défaut de débarquer dans l’App Store pour la configuration du filtrage parental, vous pourriez directement le faire dans le téléphone dès l’achat. À cet effet, il suffit d’appuyer sur « Général » dans l’icône « Réglage ». En regardant vers le bas de votre écran, le menu restriction vous permet d’activer ou désactiver les restrictions de toutes les applications et fonctionnalités répertoriées. Par ailleurs, il faut souligner que le contrôle parental sur iPhone par le biais de cette méthode peut facilement être désactivé. En effet, même si un code vous permet de garantir l’inviolabilité de vos restrictions par votre enfant, il suffit à ce dernier de reconfigurer son iPhone ou iPad pour que ce filtre parental disparaisse.

Comment optimiser l’utilisation d’un logiciel de contrôle parental ?

Comme vous l’auriez remarqué, toutes les mesures sont bonnes pour optimiser l’utilisation d’un logiciel de contrôle parental. De l’usage d’un logiciel payant au filtre parental direct sur les iPhone en passant par les logiciels de contrôle des FAI, l’important est que votre enfant se retrouve en sécurité. Cependant, malgré toute cette armada de mesures…

« … l’intelligence artificielle » ne saurait se substituer à la présence du parent lui-même.

En effet, le contrôle parental par le biais de logiciels est très aléatoire. Les parents sont donc amenés à jouer un rôle plus important dans l’éducation de leurs enfants quant à l’usage des outils numériques. À cet effet, il est conseillé aux parents d’initier des dialogues francs avec leurs progénitures pour leur faire comprendre les enjeux et le bien-fondé des restrictions d’accès à certains contenus. Cela dit, l’enfant est au courant que vous avez introduit un logiciel de contrôle parental sur son téléphone et devrait alors apprendre à respecter vos consignes. Cela est d’ailleurs très important chez les ados.

Le téléphone pour enfant, une alternative intéressante

En France, la publicité sur des téléphones destinés aux enfants de moins de 14 ans est interdite. Mais, cela n’est pas le cas dans tous les pays. À cet effet, si vous deviez prendre un téléphone à votre progéniture, vous pourriez jeter votre dévolu sur des appareils dédiés et plus sécurisés. Ainsi, le Tablet Phone de Lexibook qui offre la possibilité aux parents d’avoir un accès sur l’historique des conversations sur les réseaux sociaux et des emails est une option à ne pas négliger. Par ailleurs, si vous avez la possibilité d’obtenir un kuriophone, n’hésitez également pas à en lancer la commande. À l’usage des enfants aux États-Unis, il s’avère certes moins performant que les smartphones, mais il se trouve qu’il soit bien adapté pour les enfants de 14 ans.

Le serveur Open DNS, une solution pour un internet domestique sain

Comment optimiser l’utilisation d’un logiciel de contrôle parental ? Vous avez donné des conseils à votre enfant, vous avez également mis en place un logiciel de contrôle parental sur son ordinateur ou son smartphone… S’il y a autre chose que vous pourriez encore faire, c’est peut-être opter pour un serveur Open DNS. En effet, celui-ci est réputé très efficace. Il permet aux parents de bloquer facilement les contenus réservés aux adultes d’un seul geste, et ce, sur tout le réseau de la maison. Ainsi, en laissant son smartphone sur lequel est configuré un filtre parental pour son ordinateur ou tout autre objet connecté, votre enfant n’a aucune chance de tomber sur un site pour adulte ou peu recommandable. À cet effet, comment procéder ? D’abord, il est important de savoir qu’Open DNS est un serveur DNS alternatif. Ensuite, Le serveur Open DNS pour sécuriser ou bloquer l’accès à certains contenus se décline en deux types.

OpenDNS Family Shield : ce serveur-ci vous permet de bloquer tout contenu réservé aux adultes en modifiant le serveur DNS de vos appareils ou de votre routeur à la maison. Il est très conseillé lorsque votre but principal est de filtrer tout site à caractère sexuel. Très facile à configurer, voici les adresses à substituer à celles du serveur DNS : 208.67.222.123 et 208.67.220.123.

OpenDNS Home Internet Security : un peu plus complexe à configurer que le premier, ce serveur vous aide à bloquer les contenus réservés aux adultes, ainsi que les logiciels malveillants et les sites de piratage. Pour l’installer et l’utiliser, il est essentiel au cours d’une première étape de créer un compte OpenDNS Home Internet Security, puis au cours d’une deuxième étape de configurer le blocage. Enfin, la dernière étape consiste à configurer votre routeur et vos appareils en utilisant les adresses IP suivantes : 208.67.222.222 et 208.67.220.220.

Conclusion

À l’ère du numérique, il y a de nombreux avantages à acheter aux enfants certains gadgets technologiques, à l’instar du téléphone ou de l’ordinateur. Mais, il est également de la responsabilité des parents d’être assez vigilants quant à l’utilisation de ces outils. Optimiser votre contrôle parental consiste donc à ne pas sous-traiter votre rôle de père ou de mère par un logiciel de contrôle, quoiqu’il fut le plus puissant.

Il s’agit plutôt de faire preuve de responsabilité quand bien même le logiciel est configuré sur le téléphone, l’ordinateur ou la tablette de l’enfant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here