Expériences

Partenaires
Partenaires

6. while I Sleep

Shilpa Gupta - Mahzarin Banaji

13 février - 4 mai 2009

Dans le cadre de sa nouvelle exposition-expérience, Le Laboratoire invite l’artiste indienne Shilpa Gupta autour d’une thématique universelle : la peur. Thème plus que jamais d’actualité au regard des attentats perpétrés à Bombay récemment. Ce projet, développé avec la psychologue Mahzarin Banaji (professeure à Harvard), confronte le pouvoir des images au comportement des individus. Et si nos peurs étaient influencées par nos racines génétiques ?

Shilpa Gupta, vivant à Bombay, est directement confrontée à la question du terrorisme dont la cible principale est une population mixte, massive et innocente. Son quotidien, marqué par les actes terroristes entre Hindous et Musulmans a très tôt orienté son travail sur des sujets qui font l’actualité d’aujourd’hui.
Angoisse, dépression, peur... autant de maux qui sont le vecteur des sociétés et cultures du XXIe siècle. L’étude de ces phénomènes collectifs révèlent des thèmes sociétaux et scientifiques ; Le Laboratoire s’en fait le catalyseur et présente une vision artistique à la frontière de la recherche scientifique.

Le pouvoir des Images
Le travail de Shilpa Gupta s’inscrit dans une interrogation sur la globalisation culturelle au travers de thèmes aussi universels que la religion, la race, la perception de la réalité... et aujourd’hui la peur. L’artiste s’interroge sur l’impact des images quant à nos modes de penser. Le pouvoir de certaines d’entre elles peut-il nous amener à modifier notre interprétation du réel ? Sur ce point, Shilpa Gupta rejoint les réflexions du linguiste et penseur Noam Chomsky dont les dernières études tendent à prouver le pouvoir des médias sur l’opinion publique. Invité à collaborer à l’exposition présentée au Laboratoire, Noam Chomsky répond à certains questionnements de Shilpa Gupta sur l’influence des médias tant par le pouvoir des images que celui des mots.

La force du Préjugé
En écho à la proposition artistique de Shilpa Gupta, le travail de la psychologue Mahzarin Banaji s’articule sur les pensées inconscientes des individus. Qu’en est-il de nos préjugés et des facteurs sociaux et biologiques qui orientent nos modes de penser ? Dans un contexte terroriste, tel que le connaît l’Inde actuellement, être musulman ou hindou a-t-il une incidence sur les mécanismes de la peur ? Et si la peur était la révélation de perceptions involontaires de notre système biologique ?

Mahzarin Banaji qui explore les attitudes et croyances implicites depuis une vingtaine d’années, a mis au point avec deux autres professeurs de psychologie (Brian Nosek, de l’université de Virginie, et Anthony Greenwald, de celle de Washington) le Test d’Associations Implicite. Le TAI est un outil qui vise à cerner des sentiments ou pensées qui ne sont pas consciemment contrôlables.

En réalité, chaque individu a des préjugés qui induisent sa façon de percevoir la réalité. Cela signifie-t-il pour autant que nous ne sommes pas maîtres de nos pensées ? En associant leur démarche, Shilpa Gupta et Mahzarin Banaji étudient une série de questionnements en rapport à l’inconscient et aux réflexes qui nous caractérisent. Notre réaction face à une image associée à un mot induisant la peur, est-elle liée à la réalité ou aux préjugés enfouis dans nos origines génétiques ?

06

while I Sleep

Shilpa Gupta & Mahzarin Banaji
13 février - 4 mai 2009

Photos: © Marc Domage Téléchargez le dossier de presse